Le littoral sud-ouest De Madagascar : une zone d’accueil et de départ. Nouvelles mobilités et nouveaux enjeux!


Veriza Francis


Rezumat/Abstract. Le projet d’article, que je propose ici, est une étude sur les dynamiques socio-territoriales à l’oeuvre dans le village de pêcheurs du littoral Sud-Ouest de Madagascar, Andavadoake. Les critères d’identification de cette zone sont basés : d’une part sur les règles de résidence traditionnelles c’est-à-dire la présence de cimetière(s) et de hazomanga (poteau rituel) rendant palpable l’identité des groupes, et d’autre part, sur l’émergence des migrants venant de l’intérieur de terre, et la « pullulation » de projet de développement/ conservation dans la région. Si depuis des années la côte sud-ouest malgache a été occupée majoritairement par les pêcheurs Vezo, elle accueille désormais des différents types migrants que certains se convertissent en pêcheurs et d’autres introduisent des nouvelles activités et nouvelles pratiques en adoptant du nouveau mode de vie. Cette situation provoque des désordres sociétaux : conflit entre les usagers des ressources, vente de terre, non respect des anciens…Mon propos consiste donc à réfléchir sur l’avenir de cette zone littorale face à son « statut multiple » : à la fois une « terre d’accueil » pour les étrangers et une « terre de départ » pour les « autochtones » Vezo. De ce fait, la question à laquelle nous cherchons à répondre est: pourquoi les tompontanà, (propriétaire du village) préfèrent migrer, et laisser leur territoire à ces nouveaux venus ? Le déplacement saisonnier était une stratégie utilisé par les pêcheurs vezo pour échapper aux dangers (traite d’esclaves, colonisation, insécurité,…). Avec le temps, cette pratique est devenue une tradition et ils la pratiquent d’une manière systématique pour trouver des endroits plus productifs.

Cuvinte cheie/Key words: sud-ouest de Madagascar, Vezo, migration, conservation, territoire, hazomanga

Text integral/Full text